domingo, 23 de marzo de 2014

Disiz: La complexité française

Rapgenius





Sur mes papiers, y'a écrit "Français"
Mais, au quotidien, c'est pas tout à fait vrai

Suis-je un banlieusard ou un citadin
Un provincial ou un parisien ?
Adolescent, pendant les cours, j'évitais les guet-apens
En vacances à Tours, j'faisais du cheval chez ma tante

Enfant, parfois, j'vais dans l'sud de la France
Chez une autre tante, j'suis spécifique, elle était blanche
Et, quand j'y repense, je faisais tâche sur la plage
Y'avait le regard des connards, j'captais que dalle à cet âge

Et puis Noël en famille dans la plate Picardie
Les yeux qui brillent, le cœur en tachycardie
Les fêtes finies, je retourne à Evry
Train de nuit, rap, bagarres, j'drague des filles
Les cousins et les cousines, les frères du quartier
Les repas en famille, les nuits blanches à la cité
Plus tard, l'Afrique à chaque fin d'été
Mon identité est non-identifiée

[Pont 1 : Disiz]
J'bois pas d'pinard, j'aime le fromage
Suis-je à moitié français ?

J'kiffe plus les bouquins que la bagarre
Suis-je un mec de quartier ?

J'aime Mohammed, Moïse et Jésus
Et, ça, j'devrais le nier ?

J'vais pas m'faire plus français que je l'suis déjà
J'vais pas m'assimiler


[Pont 2 : Disiz]
Complexe (complexe)
Français (Français)
Je suis complexe (complexe)
Je suis Français (Français)

[Refrain : Simon Buret]

[Couplet 2]
On m'regarde chelou parce que je bois pas
C'est comme si j'te regardais chelou parce que tu crois pas
Ou qu'tu portes une croix ou une kippa

Tu veux pas qu'j'force le trait, ne me nie pas
Dans le beau pays de François Pays-Bas
Ce vieux pays qui ne vieillit pas
Regarde ta jeunesse dans les yeux
Cette jeunesse ne baisse plus les yeux

Et je suis c'que j'veux
Où j'veux, quand j'veux

Personne ne m'définit, ni vous, ni eux
Campagne, ville, Afrique chaque solstice d'été
Mon identité est non-identifiée

[Refrain : Simon Buret]

[Pont 3 : Disiz] (x2)
Mon enfance en damier sur des dizaines de diapos
J'suis bien plus qu'un papier, bien plus qu'un drapeau
Si t'es certain de c'que t'es, j'te tire mon chapeau
J'me suis échappé de tous vos ghettos

[Refrain : Simon Buret]

[Couplet 4 : Disiz]
Je suis privilégié, j'ai beaucoup voyagé

Tempête de sable au Nouakchott, et New-York enneigé
Du soleil à Brooklyn, j'ai vu la jeunesse d'Alger
Dans tous les océans, j'ai nagé
J'ai pleuré sous la Voie Lactée
Dans le Sahara après avoir bu un thé
Au Mali, un jour de pluie, mangé un bon mafé
Un soir, à Dakar, j'ai embrassé ma fée
J'ai dansé dans les rues d'Londres
Au carnaval de Nothing Hill

À Niamey, j'ai cherché d'l'ombre
Pour [chill&chill?]
J'ai vu Berlin en automne, j'ai vu Rome en hiver
Mangé un Thieb' à Rufisque et des gâteaux au Caire
Des XXX à Ouaga, puis mangé un ndogou
Plus jeune, dans les rues d'Évry, évité les coups de 'teau-cou'
Des villes, des regrets, j'ai fumé à Genève
Des voyages en soi, des erreurs de jeunesse
J'ai ri à Bruxelles, j'ai pleuré dans Paris
Fait la prière à Marseille, avec Saïd, la nuit
Dormi au Banc d'Arguin, pleuré à Conakry
Concert à Accra, à Praia avec Dave Daivery
Avec XXX, j'ai vu la Chapelle Sixtine
Un jour, j'irai à Médine

Site officiel

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada