miércoles, 16 de marzo de 2011

Pierre Perret : La femme grillagée



La Femme grillagée, premier single de l'album, évoque ainsi le sort des femmes placées sous le voile hermétique d'un certain dévoiement de l'Islam. Et, dès l'écriture, Perret avait imaginé le son fragile de la harpe auquel s'adosse la mélopée au duduk faisant comme une plainte : « Quand la femme est grillagée/Toutes les femmes sont outragées/Les hommes les ont rejetées/Dans l'obscurité ». Perret évoque aussi le quotidien des Enfants d'là-bas à qui l'on ne se soucie que d'apprendre à tenir un fusil ou les affaires ordinaires de violences conjugales dans Femmes battues, y compris la lassitude du policier impuissant et la complicité tacite de toute une société. " C'est ce qui me touche le plus au monde -- les déshérités, les abandonnés, tous ceux qu'on évoque de temps à autre pour les oublier le plus vite possible".

Karaoke

La femme grillagée

(paroles et musique Pierre Perret – © 2010 Editions Adèle – NS 91678)

Ecoutez ma chanson bien douce
Que Verlaine aurait sû mieux faire
Elle se veut discrète et légère
un frisson d’eau sur de la mousse
C’est la complainte de l’épouse,
de la femme derrière son grillage
Ils la font vivre au Moyen-âge
Que la honte les éclabousse.

Refrain
Quand la femme est grillagée
toutes les femmes sont outragées
les hommes les ont rejetées
Dans l’obscurité

Elle ne prend jamais la parole
En public ce n’est pas son rôle
Elle est craintive elle est soumise
Pas question de lui faire la bise
On lui a appris à se soumettre
A ne pas contrarier son maître
Elle n’a droit qu’à quelques murmures
Les yeux baissés sur sa couture

REFRAIN

Elle respecte la loi divine
Qui dit par la bouche de l’homme
Que sa place est à la cuisine
Et qu’elle est sa bête de somme
Pas question de faire la savante
Il vaut mieux qu’elle soit ignorante
Son époux dit que les études
Sont contraires à ses servitudes

REFRAIN

Jusqu’aux pieds sa burka austère
Est garante de sa décence
Elle prévient la concupiscence
Des hommes auxquels elle pourrait plaire
Un regard jugé impudique
Serait mortel pour la captive
Elle pourrait finir brûlée vive
Lapidée en place publique

REFRAIN

Jeunes femmes larguez les amarres
Refusez ces coutumes barbares
Dites non au manichéisme
Au retour à l’obscurantisme
Jetez ce moucharabieh triste
Né de coutumes esclavagistes
Et au lieu de porter ce voile
Allez vous-en mettez les voiles

REFRAIN


Liberté zéro (Liberté d'expression)

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada